J’ai découvert le TDV en 2003 (je crois, même plus sûr!) via mon parrain Francis (AKA le Z infirmer / linger / cuisto du séjour 1). J’y suis resté de longues années et j’ai eu un peu toutes les casquettes : top Z, animateur, puis directeur et Z. L’évolution de mes projets familiaux m’a un peu éloigné de la colo ces 2 dernières années mais je suis ce qui s’y passe avec beaucoup d’attention, et avec la certitude que j’y retournerai aussi.

Je rejoins de nombreux témoignages qui m’ont précédés sur un point, c’est qu’il est compliqué de décrire avec des mots les sentiments que l’ont peut connaître au Temps des Vacances. Si je dois résumer ce que ça m’évoque quand on m’en parle aujourd’hui, ce sont avant tout des rencontres. Au TDV j’ai rencontré des gens incroyables, tellement que j’en ai sûrement oublié certains, bourrés de qualités humaines; j’ai d’ailleurs toujours dis que c’étaient les gens qui la font vivre qui font la richesse de cette association.

De ces rencontres me sont restées de nombreuses relations qui comptent et qui marqueront ma vie encore dans le future : mes 2 futurs témoins de mariage par exemple sont des amis que j’ai rencontrés lors de ma première année d’animation à la colo; de nombreux autres amis me restent de ces 5 années d’animation plus quelques unes de direction.

La direction a d’ailleurs été une expérience aussi formidable, qui m’a servi dans bien d’autres aspects de ma vie et aujourd’hui encore dans mon métier de prof, quand à ma façon d’appréhender les relations humaines et d’essayer de comprendre les gens (surtout les plus jeunes que moi!) .

Ce qui était aussi génial dans cette fonction, lors des rares moments d’accalmie qu’elle offre (parce qu’on bosse quand même hein!), c’est qu’elle permet de prendre de la hauteur, de voir la colo qui tourne si bien, d’observer « de l’extérieur » comme les gens qui y sont vivent bien ensemble et en même temps trouvent chacun leur place. Ce vivre ensemble qu’on retrouve chaque été est la meilleure réussite du TDV à mes yeux, et c’est ce qu’il faut garder à l’esprit pour guider ses évolutions dans le futur.