Parce que l’adage dit que l’âge c’est dans la tête, j’ai toujours 20 ans, … même si obstinément, l’état civil s’acharne à augmenter ce chiffre d’année en année pour afficher un ridicule 51 ! Quelle ineptie…

Mon premier contact avec le TDV date de l’année 2006, qui marque la rencontre avec Jean Armand dans un contexte professionnel : je suis enseignante dans la filière expertise comptable. Les échanges autour du projet pédagogique du TDV m’ont convaincue et mes enfants ont fait leurs débuts en tant que colons l’année suivante. J’ai alors décidé de participer dès cette 1ère année à l’expérience bricolage en venant au temps des châtaignes, puis au temps des hirondelles et enfin pour une semaine de Z cuisine en juillet.

Au fil du temps, mes compétences se sont affirmées : cuisine l’été et peinture pour les semaines bricolage. Parfois je manque à l’appel, mais cela ne dure jamais longtemps et c’est toujours avec plaisir que je reprends le chemin du TDV. Au fil du temps, mes enfants sont devenus animateurs et bientôt, je viendrai sans eux ; il est encore un peu trop tôt pour que j’y emmène mes petits-enfants…

Participer à cette grande aventure qu’est le TDV, c’est se sentir partie prenante d’un groupe qui avance vers un objectif unique : les enfants d’abord. Après une première expérience, j’ai eu envie de rester pour continuer à participer à cet élan collectif. Cela n’est pas toujours sans peine : parfois il nous faut sortir de la zone de confort, comme ce 2ème automne où j’ai dû œuvrer pour colmater le joint de dilation de la chambre 303 ! Mais qui a imaginé que j’avais ces compétences ? Puis il y a eu cette autre fois où il nous a fallu faire un demi-tour avec la remorque dans un champ, en perdition en livrant les campings. Mais qui a imaginé que le maniement de la remorque était inné ?

Et puis ce premier été où j’ai pris la responsabilité d’une équipe de cuisine avec deux Z qui ne faisaient même pas mon âge à eux deux. Et là, belle découverte, ils ont exploité leurs compétences pour décorer les gâteaux d’anniversaire en échange de conseils pour couper les tomates. Ce que j’aime avant tout au TDV, ce sont ces échanges intergénérationnels, qui nous poussent à partager avec bienveillance les saveurs de tisanes, les jeux, les rushs en cuisine, les palabres sur les couleurs de peinture, les playlists, les idées pour une colo-écolo, et ce quelles que soient nos origines, nos cultures, nos âges et nos aspirations. 

Alors si vous me demandez quand je cesserai d’apporter de petits graviers à cet édifice, j’aurais tendance à vous répondre « jamais », il y aura sûrement toujours une place pour moi comme pour vous tous !